Bienvenue à Mariline Poupaud, nouvelle doctorante au sein de l’Unité Astre à Montpellier !

Mariline démarre un doctorat sur la prise en compte du concept d’utilité dans l’évaluation de l’impact des partenariats publics-privés an santé animale dans le cadre d’un projet de l’OIE.

Mariline Poupaud, vétérinaire et titulaire d’un Master 2 en évaluation et gestion des risques en santé à l’interface entre homme, animal et écosystème (CIRAD, ENVT et Université de Kasetsart, Bangkok, Thailande) a rejoint l’Unité Astre le 3 septembre 2018 pour démarrer son doctorat au sein de l’École Doctorale de l’Université de Liège (Belgique), sur l’évaluation de l’impact des partenariats publics-privés en santé animale et la prise en compte de la notion d’utilité des programmes de gestion de la santé à l’interface santé animale -santé humaine-agriculture.

Les partenariats publics-privés (PPPs) représentent des approches collaboratives au travers desquelles les secteurs privés et publics partagent ressources, responsabilités et risques pour répondre à un objectif commun et atteindre des bénéfices partagés. Les PPPs représentent une approche intéressante pour résoudre des problèmes complexes dans des contextes où les ressources sont limitées, spécifiquement en ce qui concerne la surveillance et le contrôle des maladies infectieuses.

Cependant le développement de ces approche sur le terrain s’avère difficile, il est essentiel d’identifier les barrières et freins à ces initiatives sur le terrain pour promouvoir de bonnes pratiques de mise en œuvre des PPPs. De plus, un grand nombre de facteurs sociaux, économiques et politiques influence la performance et le coût de ces systèmes.

Pour répondre à cet enjeu d’interdisciplinarité, le concept d’utilité, relatif à l’économie du bien-être (bien-être de l’éleveur, du producteur tant en terme social, qu’économique), est intéressant car il permet de prendre en compte l’attitude ou les préférences des individus face au risque sanitaire et aux mesures de gestion du risque mise en place par les services vétérinaires (dans les cadre d’un PPP ou non ; et ainsi d’estimer la valeur ajoutée du PPP dans ce cadre) et ce dans des contextes socio-économiques et culturels spécifiques.

 Cette thèse sera encadrée par Marisa Peyre (CIRAD, UMR ASTRE), Nicolas Antoine-Moussiaux (ULiège) et Isabelle Dieuzy-Labaye (OIE).

Publiée : 17/09/2018

Cookies de suivi acceptés