Projet scientifique

Le projet scientifique de l'unité vise à améliorer la santé animale, la santé publique et la sécurité alimentaire au Sud, et à développer une approche intégrative de la santé : inter-sectorialité et interdisciplinarité autour de l’animal, de l’écosystème et du territoire, dans le cadre des approches One Health et EcoHealth.

La santé comme bien public mondial

La santé animale, considérée comme un bien public mondial, contribue à la fois à la production animale pour la sécurité alimentaire des populations, notamment les plus défavorisées, et à la santé publique en diminuant l’impact des zoonoses. En se plaçant dans une optique « One Health/Ecohealth », la santé implique aussi de préserver au mieux les dynamiques écologiques et les services écosystémiques qui en dépendent.

L’unité a pour ambition de fournir des solutions aux contraintes sanitaires rencontrées en lien, en particulier, avec les productions animales (domestiques et sauvages) et à l’interface homme - animal - environnement, en étudiant la santé au sein de socio-écosystèmes en évolution et en proposant des outils pour mieux la comprendre, la surveiller et la gérer.

Des approches intégrées

L’unité propose le développement d’approches intégrées pour la gestion des risques en santé associés à l’animal domestique ou sauvage à l’interface homme ⁄ animal ⁄ environnement :

  • Approches multidisciplinaires : L’association des sciences médicales, biologiques, humaines, et mathématiques tout au long du processus scientifique – définition des questions de recherche, élaboration des protocoles et stratégies, développement d’outils et de méthodes, analyse des résultats - est indispensable face à la complexité des écosystèmes et des processus physiques, biologiques et sociétaux qui contribuent aux phénomènes d’introduction, d’émergence, d'endémisation et de résistance des risques sanitaires.
  • Approches multi-échelles : les processus associés à une maladie donnée dans son environnement sont étudiés depuis l’échelle microscopique (agent pathogène), à celle de l’individu (hôte, vecteur), de la population, du socio-écosystème, jusqu’à l’analyse des mécanismes d’action collective et de politiques publiques.
  • Approches multi-acteurs : forte de ses collaborations nationales et internationales et de son partenariat avec les pays du Sud, l’unité vise à répondre aux attentes de tous les acteurs ; allant de la sécurité alimentaire des petits agriculteurs, l’économie agricole des nations jusqu’à la santé publique sans oublier la réduction des risques de diffusion transfrontalière des pathogènes.

Trois axes stratégiques de recherche

Le projet scientifique de l'unité s’articule autour de trois axes de recherche :

  • Caractérisation des pathosystèmes et épisystèmes au niveau de l’organisme/individu et de la population
  • Intégration des organismes et populations dans le socio-écosystème
  • Surveillance et contrôle des maladies, gestion de la santé

Cookies de suivi acceptés